A- A A+

Bannière LOGO

CPIE des Pays Creusois
Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de la Haute-Vienne CPIE de la Corrèze

 

Impatiens glandulifera Royle in Edwards

 

IDENTIFICATIONBalsamine de l'himalaya

Origine : Ouest de l’Himalaya

Introduite en France au XIXème siècle

 

Description :

Plante herbacée annuelle, visible d’avril à novembre.

Taille :        De 50 cm à 3,50 mètres.

Fleurs :       Pourpres, roses ou blanches, mesurant 2,5 à 4 cm, groupées en grappes de 2 à 14 fleurs odorantes.

Feuilles :     Opposées ou verticillées par trois, mesurant 6 à 20 cm de long, lancéolées, à bord très denté.

Tiges :        Rougeâtres, creuses, à larges nœuds renflés.

Racines :     Fasciculées.

Fruit :         Capsules de 1,5 à 3 cm éclatant à maturité.

Floraison :

Juin à octobre

Fructification :

Août à novembre

 

Dissémination/ Reproduction :

Plante annuelle qui se reproduit essentiellement par production de graines. A maturité, elles sont dispersées par explosion de la capsule qui projette les graines jusqu’à une distance de 7 mètres. Chaque pied peut produire jusqu’à 2500 graines capables de germer une fois disséminées pendant 3 à 6 ans.

Elle peut également se disperser par bouturage des tiges et des racines.

Les graines, comme les tiges et les racines, peuvent être dispersées par l’eau sur de grandes distances. Elles sont capables de germer dans l’eau et de créer un nouveau massif.

 

 

Habitat :

Echappée des jardins, elle colonise généralement les milieux humides comme les bords de cours d’eau, les zones alluviales, les zones déboisées. Elle peut également se retrouver dans les fossés humides, talus et lisières de forêt.

DESCRIPTION DES RISQUES

Risques pour l’homme :

Pas de risque.

 

Risques pour l’environnement :

Elles forment des peuplements denses grâce à leur croissance rapide et leur germination précoce. Elle concurrence alors les espèces héliophiles de petite taille en créant un ombrage. Elles peuvent gêner la régénération des forêts alluviales. Cela engendre une réduction de la biodiversité locale.

La disparition des plantes en hiver favorise l’érosion des berges.

L’importante masse végétale produite cause une gêne à l’écoulement des crues en automne.

 

PREVENTION

Gestion et contrôle :

Moyens pour éviter la propagation de la plante :

- Ne jamais la semer ou la transporter.

- Effectuer les opérations de gestion avant la fructification soit avant mi-juin/début juillet.

- Eviter toute gestion au moment de la fructification au risque d’aggraver la dissémination.

- Ne pas utiliser ni transporter de terre contaminée par des graines de Balsamine.

 

 

ELIMINATION

Arrachage manuel ou mécanique :

Les graines conservant leur pouvoir germinatif pendant plusieurs années, la gestion des sites envahis devra s’étaler sur plusieurs années afin d’épuiser les banques de graines présentes dans le sol. Il faudra assurer un suivi des sites après intervention pour prévenir tout risque de recolonisation.

Plusieurs méthodes sont envisageables :

- Arracher manuellement les pieds de Balsamine. Leur habitat humide se caractérise généralement par un sol fait de sédiments meubles dans lequel elles s’enracinent peu profondément. L’arrachage est donc facile et a peu d’impact sur le sol.

- Faucher les pieds de Balsamine au raz du sol. Il faut veiller à couper sous le premier nœud pour que la plante ne reproduise pas de nouvelles tiges capables de reformer de nouvelles fleurs et donc des graines.

Les terres mises à nu, suite à la gestion des Balsamines, peuvent être colonisées par d’autres espèces exotiques envahissantes. Il est donc conseillé de revégétaliser le sol grâce à des espèces autochtones pour recréer un écosystème stable, barrière à l’installation de plantes exotiques envahissantes.

 

 

 

CONFUSIONS POSSIBLES

 

 

 

La Balsamine de Balfour (Impatiens balfouri Hook. f.).

Plante Exotique Envahissante.

 

Taille : 30 cm à plus d’un mètre.

Fleurs : bicolores, avec à l’arrière un éperon allongé.

 

La Balsamine des bois (Impatiens noli tangere L.).

Espèce indigène inscrite sur certaines listes rouges régionales des plantes vasculaires rares et/ou menacées.

Taille : ne dépasse pas 80 cm.

Fleurs : jaunes, mesurant 2 à 3 cm. Eperon fortement recourbé.